La Fluorescence sous-marine

Qui n’a jamais vu un jour une lumière luminescente verte, rouge, jaune ou bleue ? La fluorescence a été découverte il y a près d’un siècle. Aujourd’hui, on l’utilise dans différents domaines tels que la recherche scientifique avec la GFP (Green Fluorescent Protein) qui permet d’isoler les cellules d’un organisme pour mieux l’étudier dans le domaine médical comme la radiologie, mais aussi sous d’autres formes, dans la culture et le loisir (feux d’artifices, discothèques).

Ce que l’on sait moins en revanche est que la Fluorescence existe aussi sous l’eau et le phénomène intéresse tout autant les chercheurs que les cinéastes et les photographes. Alors chacun de leur côté cherchent. Le scientifique étudient, explorent sans pouvoir encore émettre une théorie certifiée par la communauté. Les cinéastes et les photographes recherchent l’aspect esthétique, arriver à faire ressortir la plus belle image possible en utilisant toute la palette de couleurs.

Mais comment ça marche ? Nous avons demandé au plus grand spécialiste Français Paul Henri ADOARDI dit « PH », photographe sous-marin. Depuis plus de trente ans, il cherche la bonne combinaison entre les phares et les filtres ; et il en connaît un rayon aujourd’hui PH sur la fluorescence s.marine.

Photo d'un pagure fluorescent
Bernard l’hermite

ÉLEAU vous donne l’explication de ce phénomène particulier, tout d’abord côté scientifique  qui se déroule la nuit dans les vingts premiers mètres en dessous de la surface, puis du côté artistique, comment fait-on pour réaliser une image fluorescente ?

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page