La Posidonie

Photo de la Posidonie
Posidonia Oceanica

Sur terre, il y a les arbres et ses forêts, l’épiderme de la terre. L’arbre joue un rôle considérable et indispensable à notre vie. Il séquestre le carbone et le transforme en bois, ses racines retiennent la terre et empêche l’érosion, il rééquilibre les sols et les régénère, limite les phénomènes climatiques extrêmes, filtre les polluants et les métaux lourds et donne à manger aux végétaux et aux animaux qui y vivent.

La Posidonie est une forêt sous la mer

Sous l’eau, il y a la Posidonie (Posidonia Oceanica). Contrairement aux apparences, la posidonie n’est pas une algue mais une plante. La famille des « posidoniacées » se compose de 9 espèces. 8 d’entre-elles sont localisées sur les côtes australiennes tandis que la neuvième, la « Posidonia oceanica » est endémique à la mer Méditerranée. C’est une véritable forêt sous la mer. On la trouve dans les quarante premiers mètres en dessous de la surface. Cet écosystème particulier est le poumon de la Méditerranée. En France, la posidonie est strictement protégée par la loi (arrêté du 19 juillet 1988) et par la convention de Berne (septembre 1979).

Cette forêt est une nurserie

La posidonie se rencontre sur toutes les côtes à l’exception de l’Egypte, la Palestine, Israël, le Liban et la Syrie. Tout comme les arbres sur terre, « Posidonia Oceanica » fixe les fonds grâce aux rhizomes qui s’élèvent très lentement (1 mètre par siècle). La végétation de cette forêt abrite une multitude d’espèces. Les algues et les végétaux se fixent sur les rhizomes ou les feuilles. Les poissons et les oursins mangent les feuilles ou les organismes fixés sur la posidonie. C’est également une nurserie et un abri pour les petits poissons menacés par les plus grands.

Elle se reproduit par des graines

Photo d'une Comatule dans une posidonie
Comatule dans la Posidonie

La posidonie se reproduit par des graines comme toutes les plantes à fleurs. Les boutons apparaissent en septembre et les fleurs s’épanouissent entre octobre et novembre. Elles sont groupées par inflorescences (ensemble des fleurs regroupées et disposées d’une façon précise sur une tige).

Les fruits se forment durant tout l’hiver. Aux mois de mai et juin, ils se détachent de la plante. Ils ont la taille, la forme et la couleur d’une olive. Ils vont flotter entre 10 et 15 jours, emportés par les courants sur de longues distances. Le fruit finit par pourrir et laisse échapper l’unique graine qui coule et germe immédiatement si la profondeur et les caractéristiques des fonds sont favorables à son développement.

Un écosystème fondamental en Méditerranée

Cet écosystème particulier tient un rôle fondamental en Méditerranée car cette plante libère 14 litres d’oxygène par jour pour chaque m² d’herbier. Elle produit et exporte de la biomasse soit dans les écosystèmes limitrophes, soit en profondeur. Elle abrite de nombreuses espèces de poissons, céphalopodes, bivalves, gastéropodes, échinodermes et urochordés (clavelines, ascidies). C’est également une nurserie pour la faune. Elle consolide les fonds des côtes, contribuant à freiner le transport de sédiments dû aux courants. Elle agit en tant que barrière en limitant la dégradation des côtes par la force des courants et protège les plages de l’érosion avec les feuilles s’échouant sur les côtes, particulièrement en hiver. 

Cette espèce est aujourd’hui en déclin du fait de l’activité humaine, pollution de son habitat, aménagement excessif des bords du littoral et de la prolifération de l’algue tueuse (Caulerpa taxifolia). Vous l’avez compris, la Posidonie est indissociable de la mer Méditerranée. Si elle meurt, c’est toute la mer Méditerranée avec son habitat qui est en grand danger de mort. Il appartient à nous tous de la protéger.

Partager cet article :

1 réflexion sur “La Posidonie”

  1. Ping : La Saupe - Éleau.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page