L’esturgeon Sibérien

l’Esturgeon Sibérien (Acipenser baerii Brandt) est un véritable fossile vivant, il est présent sur notre planète depuis plus de 200 millions d’années au Jurassique. Il appartient à la famille des Acipenseridae qui compte 24 espèces. Ce poisson de renommé mondiale pour ses œufs est essentiellement dulçaquicole. Il a été introduit en France par la pisciculture en 1980 pour la fabrication du caviar. Quelques-uns se sont échappés et on le trouve aujourd’hui de façon certaine dans de nombreux département de France, dans tout l’Ouest du pays mais aussi dans l’Est avec une probabilité non confirmée de sa présence dans le Sud. Avant 1980, l’esturgeon Sibérien vivait essentiellement dans les fleuves de l’Ob à la Kolyma ainsi que dans les lacs Baïkal et Zaïsan.

Photo d'un esturgeon sibérien en eau douce passant sur un fond cailouteux
Esturgeon sibérien (Acipenser baerii Brandt)

Sa description

Mais l’esturgeon vie aussi en milieu naturel et c’est avec Christine que nous allons le découvrir. L’eau alsacienne est froide mais claire, Christine s’immerge et nous ouvre le chemin dans un décor caillouteux ou rien ne semble bouger, pourtant il ne faut pas attendre longtemps pour apercevoir au loin un esturgeon sibérien venir à notre rencontre. Cet animal est impressionnant, entre 1,5 et 2 mètres de long, il vit dans les vingt premiers mètres en dessous de la surface. il s’approche de nous tranquillement, rustique et élégant par sa forme, il a traversé le temps et s’est adapté. Sa couleur grise à brun foncé sur son dos contraste avec le vert de l’eau douce. Ce n’est pas un petit poisson avec ses cent kilos et il est facilement reconnaissable avec son long museau en forme conique à l’extrémité. Comme tous les esturgeons mais aussi les requins, il possède une nageoire caudale hétérocerque. Il n’est pas sauvage et il nous permet de tourner lentement autour de lui. Tout le long de son corps on peut voir cinq rangées de plaques osseuses et devant sa bouche quatre barbillons lisses qui lui apporte le goût et le toucher. Il possède également 32 à 59 écussons gris latéraux.

D’un peu plus près, Christine nous montre sa bouche protractile placée sur la face inférieure de la tête qui peut avaler des petits mollusques, des vers, des petits animaux microscopiques qu’il trouve sur le fond et des larves.

Photo d'un esturgeon sibérien en eau douce de la face inférieure avec la bouche et le ventre
Barbillons, bouche et ventre de l’esturgeon sibérien

Sa reproduction

Nous ne savons pratiquement rien sur la reproduction de l’esturgeon sibérien qui n’a jamais été observée en milieu naturel. La maturité sexuelle dans son milieu naturel varie entre 9 et 11 ans pour les mâles quand ils atteignent une taille de 75 à 85 cm et un peu plus tard pour les femelles. C’est au printemps que les mâles migrent en amont pour frayer dans des zones relativement profondes sur un fond rocheux avec un fort courant. Les œufs mesurent entre 2,4 et 2,9 mm de diamètre et adhèrent au substrat.

Par manque d’information sur l’esturgeon sibérien mais pour être complet dans cet article, nous prenons une espèce très proche et mieux connue, l’esturgeon Européen (Acipenser sturio) pour décrire la reproduction. Ce poisson qui fréquente les eaux de mers revient vers les eaux douces au printemps pour frayer. Il ne s’alimente presque pas durant cette période. Il descend jusqu’à une profondeur de 10 m environ sur son lieu de frai au décor graveleux et rocheux. La femelle est accompagnée de plusieurs mâles, après la ponte, les mâles retournent en mer et les œufs dérivent quelques jours dans le courant puis s’accrochent au substrat. Le nombre d’œufs est impressionnant, la femelle pond 200.000 à 300.000 œufs. Selon la température de l’eau, il faut attendre 3 à 7 jours pour voir les œufs se décoller du substrat et éclore. Les petits grandissent très vite, à l’automne ils mesurent 20 à 25 cm. Les juvéniles vont passer deux ans dans l’estuaire avant de rejoindre la mer.

Quelques informations

La tentation est grande de le toucher car il n’est pas farouche mais attention cet animal préhistorique possède un mucus sur son corps qui lui évite des infections de la peau. Si vous le caressez vous risquez d’enlever le mucus et il risque des contaminations.

Photo d'un esturgeon sibérien de profil droit passant sur un fond d'herbe
Esturgeon de sibérien dans son milieu naturel

L’esturgeon est un animal menacé et classé sur la liste rouge mondiale de l’IUCN avec le statut de « vulnérable » à cause de son fort intérêt commercial pour le caviar. On le trouve également dans certains aquariums. L’approche de cet animal nous a séduit, nous comprenons Christine qui se passionne pour les esturgeons et ses images nous le montrent. Gageons que cette espèce étonnante continue à traverser les époques en se faufilant dans les cours d’eau de l’histoire.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page