Le poisson clown de l’île Maurice

Les Demoiselles représentent environ 300 espèces, elles se répartissent dans les mers tropicales et subtropicales du globe, elles appartiennent à la famille des Pomacentridae. Dans cette grande famille, il y a des sous-familles, les Amphiprioninés (poissons clowns), les Chromininés (castagnoles) et les Pomacentrinés (demoiselles proprement dites). Intéressons-nous dans cet article aux Amphiprioninés avec le plus connu de tous, le poisson clown et plus particulièrement le poisson clown de l’Île Maurice (Amphiprion chrysogaster) que l’on trouve principalement en océan Indien sur cette île, mais aussi à Madagascar et à la réunion. Il est endémique à cette région.

Photo de plusieurs poissons clowns avec leur anémone et un décor derrière
poisson clown de l’Île Maurice (Amphiprion chrysogaster)

Il n’y a rien de pire qu’un poisson clown ressemblant à un autre poisson clown, malgré tout l’espèce de l’île Maurice est facilement reconnaissable grâce à ses trois bandes blanches radiales, une derrière les yeux, une deuxième au milieu du corps et la troisième à la base de la nageoire caudale qui contrastent avec un corps brun foncé – noir. Ce petit poisson d’une longueur de 9 à 15 cm a des reflets sur ses nageoires latérales, une partie de son ventre et de sa tête d’une couleur jaunâtre. On peut le trouver jusqu’à une profondeur de 40 mètres.

Une vie en symbiose

Photo d'un poisson clown de l'île Maurice gros plan vue plongée
poisson clown de l’Île Maurice (Amphiprion chrysogaster)

Il fréquente les récifs coralliens côtiers et vit en symbiose avec les anémones. Le poisson clown protège son hôte de ses prédateurs en repoussant tout intrus dès qu’il approche de trop près. L’anémone, comme tous les cnidaires est pourvue d’une armada de cellules très urticantes que l’on appelle nématocytes. Sur chacune de ses cellules, il y a une sorte de petits poils sensibles que l’on appelle cnidocil. C’est ce cnidocil qui déclenche le mécanisme urticant. Chaque fois qu’une proie potentielle touche les tentacules de l’anémone, les cnidocils se courbent et provoquent le déchargement instantané d’une multitude de micro-seringues de venin ce qui protège ainsi le poisson clown de ses prédateurs. Alors quel est le secret de ce poisson qui se promène dans les tentacules et semble être insensible à ces brûlures violentes ? Et bien les parents y sont pour quelque chose mais voyons cela en détail un peu plus bas.

Nourriture et reproduction

Le poisson clown de l’île Maurice se nourrit de zooplancton, d’algues et de larves de crustacés. Il est hermaphrodite protandre. Il vit en groupe et la femelle est toujours le poisson le plus gros car dès que la femelle meurt, un mâle devient femelle pour lui succéder.

Photo d'une ponte de poisson clown de l'île Maurice
Ponte de poissons clowns de l’île Maurice

Au moment de la ponte, la femelle dépose entre 500 et 1500 œufs tout près de l’anémone hôte, près des tentacules. Les œufs se collent sur un substrat dur et à ce moment, ils sont fécondés par le mâle qui va les garder, les soigner et les protéger jusqu’à l’éclosion des petits. Pour permettre aux œufs d’être bien oxygénés et éviter les maladies, champignons et autres, le mâle va souffler avec sa bouche sur les embryons en développement. Pour protéger leur progéniture du venin de l’anémone, à la fin du stade larvaire l’un des parents va prendre une tentacule du cnidaire dans sa bouche et la frotter délicatement sur les œufs, le mucus du tentacule recouvre les œufs et immunise les embryons contre les piqûres avant même leur éclosion en alevins. Peu de temps après, les larves éclosent et sont emportées par les courants, elles se mélangent ainsi avec le plancton pour plusieurs semaines avant de se transformer en petits poissons clowns qui doivent maintenant apprivoiser à leur tour une anémone en se frottant délicatement contre les tentacules revêtus de mucus. Petit à petit, le mucus du petit poisson se mêle à celui de l’anémone et devient imperceptible pour les détecteurs des cellules urticantes. Pour l’anémone et le jeune poisson clown, une nouvelle vie commence.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page