l’Apogon Commun

l’Apogon commun (Apogon Imberbis) appelé aussi le roi des rougets de la famille des Apogonidae est un petit poisson de 10 à 12 cm facilement reconnaissable grâce à sa couleur rouge orangé. Il vit à une profondeur de 5 à 50 mètres l’été allant jusqu’à 200 mètres l’hiver, en Méditerranée, en Manche, en mer du Nord, dans le golfe de Guinée, aux Açores, au Cap Vert et aux Canaries.

Description

L’apogon a deux grands yeux ronds et noirs marqués par un fin trait blanc horizontal. Sa bouche est largement fendue jusqu’à l’arrière de l’œil et protractile. Il possède une longue nageoire pectorale allant jusqu’à la nageoire anale, par contre ses deux nageoires dorsale sont assez courtes. Cette espèce est un poisson de roche qui vit rarement en solitaire, il aime former des bancs près des grottes un peu à l’abri de la lumière, il aime aussi le coralligène. Son alimentation est variée, il se nourrit de petits poissons et d’invertébrés mais aussi de macrophages, de zoophages (constitués d’animaux) et de carnivores.

Photo d'un apogon commun
Apogon commun

Le mâle élève ses petits dans sa bouche

Avant la reproduction en été, le couple se forme au printemps. Le moment venu, le mâle et la femelle entament une parade nuptiale durant laquelle ils ont un contact latéral en décrivant des cercles lents. L’accouplement se fait dans un moment de frénésie intense sans copulation mais avec une fécondation interne chez la femelle. Quelques jours plus tard, le couple se retrouve pour une nouvelle parade dans laquelle la femelle va expulser la ponte d’une vingtaine de milliers d’œufs, chaque œuf possède un filament qui s’agglutinent immédiatement les uns aux autres. Dès lors, la ponte devient une frai compacte que le mâle récupère dans sa bouche, l’expulsant à plusieurs reprises afin de bien l’installer dans sa bouche avant son incubation. Ce paternalisme est typique dans la famille des Apogonidae. Il n’est pas rare l’été de pouvoir imaginer ou apercevoir par transparence les œufs dans la bouche distendue du mâle. Au vu du nombre important de la reproduction, cette espèce n’est pas vulnérable.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page