La tortue verte

Un moment de bonheur avec une tortue

Les tortues marines sont des vertébrés de la classe des reptiles de la famille des Cheloniidae. Sept espèces sont répertoriées dans les mers chaudes et tempérées du globe. On les trouve dès l’instant ou la température de l’eau atteint 20 degrés Celsius. Parmi elles la tortue verte (Chelonia mydas) est la plus connue des tortues marines. Sa carapace, aussi appelée dossière, peut varier de 80 cm à 140 cm pour les femelles et de 70 cm à 110 cm environ pour les mâles. La couleur de la dossière peut varier du brunâtre au grisâtre ou au verdâtre, plus ou moins foncée pour les adultes et striée de marques claires pour les jeunes. Le poids moyen de cette espèce est de 160 kg mais il peut atteindre 400 kg pour certains individus. Sa carapace osseuse est couverte d’écailles juxtaposées avec un bouclier dorsal et un plastron de couleur jaunâtre. Son coup est court ainsi que son museau qui a une forme arrondie, sa tête est petite et non rétractable. La queue de la tortue verte est reliée par une peau souple aux pattes et à la dossière. Celle des mâles est large et très longue et celle des femelles est plus petite et plus fine. Ses pattes aplaties et larges sont dotées d’une griffe unique et bien adaptées à la natation, car les pattes avant servent à la traction et les pattes arrières sont utilisées comme gouvernail. La tortue verte à de grands yeux et une bonne vision, elle possède également des tympans même si elle n’a pas d’oreilles externes. La vitesse des tortues est estimée à 35 km/h en général.

Photo d'une tortue verte au Pacifique de face
Tortue verte (Chelonia mydas)

Elle peut rester longtemps sous l’eau

La tortue verte est dotée d’une respiration pulmonaire, elle doit donc remonter à la surface pour respirer mais il lui suffit de quelques instants pour reprendre de l’air et plonger de nouveaux jusqu’à des profondeurs pouvant atteindre 300 mètres. Elle peut rester une trentaine de minutes sans respirer quand elle est en activité et plusieurs heures au repos. Sous l’eau elle peut également se nourrir sans difficulté car elle est dotée d’une sorte de double palais qui lui sert de véritable sas. Il lui permet d’ouvrir la bouche dans un premier temps et d’évacuer ensuite le sel grâce à des glandes spécialisées situées près des yeux.

Son alimentation et sa reproduction

La tortue verte est herbivore à l’âge adulte, elle broute les prairies sous-marines mais quand elle est jeune, elle se nourrit de petits invertébrés, d’alevins de poissons, d’œufs de poissons, de méduses et de zooplancton. Il faut préciser que la tortue verte adulte ingère des végétaux (phanérogames marines), elle absorbe également tout une faune constituée de crustacés, de mollusques, de méduses et d’éponges. Cet animal se met souvent sur le sable exposé aux rayons UV du soleil, on pense que c’est pour palier à son manque de calcium et de vitamines D.

Cette espèce comme toutes les tortues est ovipare. La maturité sexuelle est atteinte entre 18 et 30 ans selon l’endroit ou elle vit. C’est la femelle qui choisit quand elle est prête, alors le mâle vient mordiller les parties du corps les plus sensibles de la femelle. A l’aide de ses puissantes griffes, il assure son étreinte amoureuse et dirige son pénis vers le cloaque de la femelle. L’acte peut durer plusieurs heures sous l’eau ou en surface. La période d’incubation dure de 48 à 74 jours en fonction de l’hygrométrie et de la température autour des œufs.

La femelle possède une spermathèque qui lui permet de pouvoir féconder ses œufs toute une saison avec un seul rapport. Les œufs grossissent dans des oviductes séparés permettant ainsi une croissance et des pontes décalées par quinzaine. La ponte se déroule principalement la nuit en bordure de végétation. Avec ses pattes avant la femelle creuse un trou aussi grand que son corps pour accueillir les œufs. La tortue verte va pondre en moyenne une centaine d’œufs par séries de deux ou quatre. Le nid se rempli des œufs mais aussi de mucus. La ponte terminée, la tortue rebouche le nid avec ses pattes arrière et repart vers la mer en n’oubliant pas de projeter du sable pour masquer les traces de son passage et protéger ses petits.

Photo d'une tortue verte dans le grand bleu

Les petites tortues vont sortir du nid avec leur petite carapace gris-bleu foncé après éclosion et dès cet instant, elles seront confrontées à de nombreux obstacles pour arriver à survivre jusqu’à l’âge adulte. Elles vont d’abord essayer de rejoindre la mer en se mouvant sur le sable espérant éviter les oiseaux de mer, il faudra aussi faire attention à de nombreux prédateurs comme les crabes, les bernard-l’ermite, les poissons ou les requins qui seront présents pour les engloutir, beaucoup de petits serviront de repas.

Elle s’oriente grâce au champs magnétique

La tortue verte accueille bien malgré elle des hôtes sur sa carapace comme des algues ou des parasites, alors en chemin elle fait un arrêt à la station de nettoyage où des petits poissons nettoyeurs vont la débarrasser de ces intrus . Une fois propre, elle reprend sa route pour parcourir parfois de grandes distances pouvant atteindre 2000 km pour rejoindre le site de sa ponte. Durant son voyage elle va pouvoir s’orienter grâce aux courants mais grâce aussi aux champs magnétiques, car à l’âge adulte la tortue verte a acquis ce que l’on appelle « une carte magnétique » du milieu dans lequel elle évolue, elle va donc percevoir les différentes intensités du champ magnétique qui vont lui permettre de se diriger.

La tortue verte en danger ?

La tortue verte est-elle en danger ? Pas pour le moment mais elle subie une surexploitation mondiale car même si elle est protégée par la convention internationale de 1973, elle est encore chassée pour sa dossière, sa peau, sa graisse verte et ses cartilages que l’on retrouvent dans la soupe à la tortue. L’une des plus importantes causes de mortalité chez cette espèce est la pêche accidentelle que ce soit avec les filets, les hameçons ou les casiers, sans oublier les chaluts. Elle doit aussi subir la destruction de ses habitats et le braconnage, sans compter ses prédateurs à tous les stades de sa vie, crabes, requins, carangues, oiseaux, chiens, cochons et rats. Et pour finir, la tortue verte doit aussi faire face à la pollution, aux collisions avec les bateaux et aux maladies parasitaires. Il est donc essentiel de l’aider dans sa vie et de la protéger.

Partager cet article :

2 réflexions sur “La tortue verte”

Répondre à mondetortues Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page